http://terangaweb.com/leconomie-de-la-banane-les-defis/


L'économie de la banane : les défis - L'Afrique des Idées
.google-recaptcha-container{display:block;clear:both;}
img.wp-smiley,
img.emoji {
display: inline !important;
border: none !important;
box-shadow: none !important;
height: 1em !important;
width: 1em !important;
margin: 0 .07em !important;
vertical-align: -0.1em !important;
background: none !important;
padding: 0 !important;
}
.tp-caption a{color:#ff7302;text-shadow:none;-webkit-transition:all 0.2s ease-out;-moz-transition:all 0.2s ease-out;-o-transition:all 0.2s ease-out;-ms-transition:all 0.2s ease-out}.tp-caption a:hover{color:#ffa902}
.google-recaptcha-container{display:block;clear:both;}
.epyt-gallery-thumb { width: 33.333%; } .site-title,
.site-description {
position: absolute;
clip: rect(1px, 1px, 1px, 1px);
}
.wpb_animate_when_almost_visible { opacity: 1; }
Espace membre
Identifiant Mot de passe Se souvenir de moi Mot de passe oublié ? Mot de passe oublié Annuler Nous soutenir
Nous rejoindre
Espace Presse
Présentation
Mission
Administration
Gouvernance
Réseau ADI
Axes de réflexion
DÉVELOPPEMENT HUMAIN
GOUVERNANCE & ÉTAT DE DROIT
ENVIRONNEMENT & ÉNERGIE
RELATIONS INTERNATIONALES
Publications
Articles
TRIBUNES
NOTES
La Revue
Évènements
CONFÉRENCE ANNUELLE
CONFÉRENCE PAYS
RENCONTR’AFRIQUE
DÎNER ANNUEL
FR
enfr
.tweet_iframe_widget{ width: 80px !important; }
.google_plusone_iframe_widget{ width: 42px !important; }
Analyse Economique
L’économie de la banane : les défis
archives -Le 05 mars 2012
La banane est le fruit le plus rentable au monde parce que sa récolte est hebdomadaire et se pratique toute l’année. Son rendement effectif passe de 20 tonnes à l’hectare pour la banane Bio au Sénégal selon les chiffres fournis par l’APROVAG l’organisation de producteurs APROVAG, Tambacounda au Sénégal, à 60 tonnes par hectare dans les serres marocaines, selon les chiffres fournis par l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II de Rabat au Maroc. En comparaison, le cacao produit à l’hectare 300 kg, selon les chiffres fournis par le CNRA, Centre National de Recherche Agronomique de Côte d’Ivoire, rendus publiques par Monsieur Lancine Bakayoko le 27/10/2009, c’est-à-dire qu’à cause des choix erronés des économistes et politiciens ivoiriens, depuis la pseudo-indépendance, un agriculteur ivoirien de cacao est 200 fois plus pauvre qu’un agriculteur marocain de la banane. C’est encore pire pour le café. Selon une étude très sérieuse réalisée par l’IRCC l'Institut de Recherches du Café et du Cacao de Côte d’Ivoire, entre 1969 et 1982, on obtient dans la zone de Gagnoa une moyenne pondérée de 180 kg de café à l’hectare, c’est-à-dire que les économistes et politiciens Ivoiriens ont sciemment réduit à la misère des paysans de 333 fois pire que leurs homologues, paysans marocains. On retrouvera la même situation presqu’à l’identique partout ailleurs en Afrique subsaharienne.
LA GESOTRATEGIE DE LA BANANE
La banane est le fruit le plus consommé au monde. Selon les chiffres fournis par le Monde Diplomatique du mois d’Octobre 1996, par Ghislain Laporte, on en produisait 52 millions de tonnes en 1996 (100 millions de tonnes en 2011). Et les deux principaux producteurs, l’Inde et la Chine, consommaient la totalité de leur production. Ce qui restait 11 millions de tonnes sur le marché international dont 4 millions de tonnes allaient vers l’Union Européenne. Et dont les 2/3 contrôlés par deux multinationales américaines, United Brands Company (marque Chiquita) et Castel & Cooke (marque Dole), et une mexicaine : Del Monte.
Ce qui est détestable sur ces chiffres ce sont deux éléments essentiels :
La totalité de 79 pays dit ACP(Afrique, Caraïbes et Pacifiques) à qui l’Union Européenne fait miroiter un avantage incontestable avec la convention de Lomé, Cotonou, fournissent à peine le double (857.000 tonnes) des toutes petites iles espagnoles des Canaries (420.000 tonnes). A peine 4 fois plus que la minuscule Martinique, avec 1.100 km2 et 382.000 habitants qui elle a fourni l’UE pour 220.000 tonnes de bananes, contre les 802 millions d’Africains Subsahariens (chiffres 2007).
Pire, la quantité des 79 pays ACP est le tiers de la quantité livrée à l’UE par l’Amérique du Sud qui ne bénéficie nullement des mêmes conventions, soit 2,5 millions de tonnes.
Il en ressort de ces deux points, une volonté de détourner l’Afrique des productions rentables comme la banane qui ne doivent selon cette logique purement coloniale, (même à plus de 50 ans de la reconnaissance par l’occident des indépendances africaines), réservant la production sur le sol africain, exclusivement aux occidentaux. Sur les 55.000 tonnes de bananes vendues dans le monde en 2010, 40% étaient produites en Asie, 27% en Amérique du Sud et seulement 13% en Afrique. Là il s’agit de la banane dite dessert, c’est-à-dire, la banane mangée comme fruit, la banane mure. Mais selon les chiffres fournis par la FAO, en 1995 il a été produit dans le monde 24.000 tonnes de banane à cuire dite verte, 17.000 tonnes étaient produites en Afrique, c’est-à-dire 71% et 4.000 tonnes en Amérique du Sud, c’est-à-dire 17%. On peut dès lors déduire que si les Africains ne produisent que les 13% de la banane mondiale, ce n’est pas à cause de leur incapacité mais à leur état de passivité mentale. On peut donc dire que le cerveau des Africains semble en sommeil lorsqu’il s’agit de produire pour vendre, pour vendre hors de l’Union Européenne. Ils sont alors à la merci des conseils savamment erronés que lui prodigue l’Union Européenne, c’est-à-dire la décourager à produire la banane pour la commercialisation, à moins que cette dernière ne soit entièrement sous le contrôle des entreprises occidentales installées en Afrique.
En 2007, 65% de la banane vendue sur le marché mondial provenaient de deux pays qui étaient auparavant, champions du café et qui ont tous les deux détruit les champs de ce maudit café, pour passer à la banane et c’est la Colombie et le Costa Rica. C’est ce qui a fait que la même année, sur les 10 pays plus gros exportateurs de la banane au monde, 7 étaient de l’Amérique du Sud, permettant à cette partie du monde de contrôler les 95% de la banane exportée dans le monde. Pendant ce temps, les Africains se préparaient à fêter les 50 ans d’indépendance, mais avaient toujours des difficultés à se défaire du commandement colonial de ne s’occuper que du café, du cacao et du coton, un autre produit tristement célèbre lié aux déportations des Africains vers l’Amérique pendant 4 longs siècles.
En 1978, le Maroc décide d’interdire l’activité d’importation de la banane. Le Roi avait tout simplement compris que la banane pouvait être un instrument de géostratégie entre les mains du royaume. Et malgré les conditions climatiques défavorables (contrairement au Congo ou au Cameroun), le Roi décide de créer des serres équipées et prêtes à produire avec des lotissements de 1,53 hectares donnés en location à un prix dérisoire à ses citoyens. Le Maroc qui importait chaque année 24.000 tonnes de banane en 1978, dès 1982 est capable de satisfaire sa demande interne au niveau d’avant l’interdiction. Selon un rapport publié par 3 professeurs : Skiredj, Walali et Attir de l’Institut Agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat, des 2 hectares de démarrage de la campagne 1980/81, on est passé à 2.700 hectares en 1996 et 3.500 hectares en 2011, avec une production annuelle de plus de 100.000 tonnes de bananes.
Que faut-il faire ?
La politique d’approche doit être radicale et en 3 directions :
40% de la banane produite en Afrique pourrit par manque de marché à l’international. Pour y remédier, il faut procéder comme on l’a fait au Maroc : stimuler et organiser le marché intérieur en collectant systématiquement toute la banane-dessert disponible chez les petits producteurs pour les conserver dans les Murisseries desquelles les bananes sortiront muries dans les quantités correspondant à la demande du marché interne. [/*]
Démocratiser la production de la banane en créant de petites parcelles de plantation. C’est la seule possibilité pour rompre avec les pratiques coloniales de l’esclavage des plantations de banane qu’on observe encore de nos jours, non seulement en Afrique, mais aussi en Martinique et en Guadeloupe où la culture de la banane est solidement et exclusivement entre les mains des descendants d’anciens esclavagistes.
Pour produire, il faut savoir vendre. Le marché international de l’aviation comme des jouets répondent à des logiques spécifiques à chaque pays, à chaque produit et à chaque culture. Il faut avoir la flexibilité d’esprit de comprendre que le monde ne se limite pas à 4 pays Européens, fussent-ils les plus riches. Il existe une très forte marge pour le développement de la consommation de la banane dans de nombreux pays comme la Russie, l’Iran, la Turquie etc…
La solution coopérative
Il existe un marché interne africain à saisir, mais pour y arriver, il faut le stimuler et produire pour le satisfaire. Pour éviter le piège des multinationales du secteur de la banane il faut tout simplement démocratiser le business de la banane avec des petites parcelles ne pouvant excéder 5 hectares et surtout, être sûr et certain que les propriétaires sont ceux là-mêmes qui travaillent au quotidien dans ces plantations. Cela évitera le fâcheux problème de spéculation foncières qu’on retrouve dans certains pays où les autochtones se frottent les mains et font travailler des esclages venus d’ailleurs, comme en Côte d’Ivoire notamment. La coopérative doit donc véritablement regrouper uniquement les paysans faisant partie du projet, et c’est elle qui devra se charger de fournir les premières plantes de bananes aux agriculteurs. C’est elle qui ensuite doit se charger du contrôle de la qualité et du respect des normes internationales pour le gazage et le transport maritime, pour couvrir d’abord le marché national et après international.
Aujourd’hui, le vrai profit de la banane réside dans la distribution. Aucune politique ne sera complète et efficace pour sortir nos agriculteurs de la misère du café, du cacao et du coton si elle ne prend pas en compte la nécessité de créer des murisseries directement dans les grandes villes de nos pays afin d’instaurer une sorte de concentration dite « verticale ». C’est à ce prix qu’il sera possible de contourner certaines faiblesse du manque de compétitivité de la banane africaine, trop longtemps restées dans la logique d’infantilisation globale du continent africain par les européens. Pour stopper la logique coloniale des champs actuels de la banane, il faudra arriver à une transition vers ces petits propriétaires et éviter toute exploitation directe par des entreprises transnationales. C’est à ce prix que nous réussirons une véritable redistribution des retombées du fruit le plus consommé au monde, la banane. C’est ce qui se fait déjà dans de nombreux pays sud-américains où contrairement à l’Afrique, les gouvernants ont négocié pour obliger les entreprises multinationales du secteur à cesser de produire elles-mêmes, et acheter leurs cartons de bananes directement aux paysans.
L’exemple de la coopérative APROVAG (l’organisation de producteurs, Tambacounda) dans l’arrondissement de Missirah au Sénégal, me semble intéressante à signaler et à adapter ailleurs en Afrique. Ils se sont organisés de manière à dédier à la banane 16% de leurs terres, c’est-à-dire 0,25 des 1,63 hectares de chaque planteur, pour un total de 250 hectares consacrés à la culture de la banane, pour avoir de l’argent. En 2008, la production a été de 5.000 tonnes (avec une perte de 20% dû au manque de murisserie et 5% consommé par les agriculteurs eux-mêmes), la coopérative a ainsi vendu 4.000 tonnes de bananes, réalisant un petit pactole de 640.000.000 francs CFA (975 760 ) pour cette population villageoise estimée à près de 52 845 habitants, et une marge bénéficiaire nette de : 1 561 000 francs CFA par hectare dans les 3 communautés rurales : Missirah, Dialacoto et Néttéboulou. Cette coopérative a fait le choix pénalisant qui limite sa productivité à 20 tonnes à l’hectare, pour protéger la santé de ses membres, ayant renoncé aux engrais chimiques qui sont la principale source de malheur dans les plantations de bananes dites industrielles.
Jean-Paul Pougala, article à lire en entier sur son blog ou chez notre partenaire Next-Afrique
Notice biographique : Jean-Paul Pougala est écrivain camerounais, directeur de l’Institut d’Etudes Géostratégiques et professeur de sociologie à l’Université de la Diplomatie de Genève en Suisse.
Message de l'auteur : Pour les jeunes résidant en Afrique qui voudraient se lancer dans la culture de la banane, adressez-vous à : [email protected] une documentation gratuite sera à votre disposition dès le mois d’Avril-Mai 2012. Et s’il y en a dans votre région, vous serez mis en contact direct avec un ou une agronome qui aura accepté d’adhérer à notre initiatives, vous servant d’appui comme Grand-frère ou Grande-soeur.(attention : [email protected] est réservé aux jeunes Africains qui veulent obtenir des conseils, pour démarrer ou pour prospérer dans un secteur donné alors que [email protected] est réservé à ceux qui veulent donner de leur temps, et servir de Grand-frère et Grande-sœur à nos jeunes).
Auteur archives

Laisser uncommentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *
Cancel Comment
Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site web dans le navigateur pour mon prochain commentaire.
maloum dit :
Mar 9, 2012 à 22:43
c'est là un des plus beaux dossiers que j'ai jamais eu l'occasion de lire…tant dans la forme que dans le fond. il reveille sans aucun doute et montre la voie…
Répondre
Eustache dit :
Fév 7, 2014 à 10:10
Je viens à l’instant de lire le texte et cela me donne une confirmation que je suis dans une bonne direction .
Sans contourner je suis un fan de l’AGRO PASTORALE et je fais des pensés sur l’agriculture de bananes et d’ananas mais les idées me manque et aussi des informations alors je suis jeune et j’ai cette initiatives mais il me faudrait des accompagnement afin que je sois met en place mes idées donc je vous remercie très bien des informations sur cette pas gue et je profites de cette chaîne pour annoncer a toutes les jeunes de ‘Afrique que la terre ne ment jamais.
je vous remercie
Répondre
julie dit :
Mar 9, 2014 à 19:31
franchement bravissimo et vive la banane!!
Répondre
assogba marius dit :
Juil 10, 2014 à 16:31
je suis vendeur de banane je cherche un fournisseur tel 00229 97 83 16 62
Répondre
Laduk dit :
Juil 15, 2016 à 13:41
Si tout simplement on arrêtait de faire de la banane dans ces pays là, au lieu de stimuler la production? (pessimismons un peu: Cet "stimulation de la banane et ses supposés achats supplémentaires, ça se fera au dépends d'autres choses! Ne nous mentons pas! Et cet "autres choses" ça peut toucher des paysans plus pauvres encore (producteurs d"autres choses"), ça peut faire doucement disparaître des aliments traditionnels qui vont avec des coutumes… and so on). Si on se concentrait un peu plus sur la production utile aux marchés intérieurs? Si on refusait l'uniformisation des modes de consommation en "stimulant" l'attrait pour la banane tel on stimule un hypothalamus pour lui faire cracher de l'hormone et un gêne des protéines? Et si les murisseries n'étaient pas la solution, au sein d'un système de plus en plus témoin de la déconnexion entre agriculture et consommation, mais plutôt un indice sur un des enjeux énormes de la production africaine aujourd'hui: L'amélioration du stockage?
Et si la banane n'était point la solution?
Débattons, j'en serais le premier ravi!
Répondre
Découvrez les articles du même thème
Interview avec Mouhamadou Lamine Yade, Professeur associé au CESAG
Par archives
Analyse Economique,
Ce mois ci, la rubrique Economie et Finances vous propose l’interview du Dr Mouhamadou Lamine YADE, professeur d’économie associé au CESAG. Il revient ici sur...
Sénégal : à la recherche d’une politique économique
Par archives
Analyse Economique,
Cet article est tiré du blog “Le Sénégal émergent” de l’économiste sénégalais Moubarack LO et publié avec l’autorisation de l’auteur. Le monde, du fait de...
Faut-il mettre fin à « l’aide au développement »?
Par Emmanuel LEROUIEL
Analyse Economique,
Telle est en substance la question posée dans son livre Dead Aid par Dambisa Moyo. Cette dernière est considérée par les grands médias anglo-saxons comme...
Un bilan de la mondialisation en Afrique: Sommes-nous condamnés au sous-développement? (1ère partie)
Par Nacim Kaid Slimane
Analyse Economique,
La fin de l’année est souvent une période propice pour dresser des bilans et prendre de bonnes résolutions, en prenant en considération ses faiblesses et...
Un bilan de la mondialisation en Afrique: sommes-nous condamnés sous-développement? (2ème partie)
Par Nacim Kaid Slimane
Analyse Economique,
Les causes des inégalités de développement : l’hypothèse optimiste et l’hypothèse fataliste Dans le débat sur l’origine des retards de développement observées, deux écoles s’affrontent,...
Un bilan de la mondialisation en Afrique: sommes-nous condamnés au sous-développement? (3ème et dernière partie)
Par Nacim Kaid Slimane
Analyse Economique,
Les clés pour relever le défi du développement Si, dans le débat sur l’origine des inégalités de développement, vous avez choisis l’hypothèse optimiste (et en...
NOUS CONTACTER
L’Afrique des Idées42 rue Stendhal, 75020 - ParisTél. : +33 7 83 23 46 25 Mail. : [email protected]
Nous suivre
Recevoir notre newsletter
Adresse Email...
Votre email
à propos
Mentions légales Copyright ©
L’Afrique des Idées - 2022. Tous droits réservés.
NOS BROCHURES

This accessible tool has been developed by Juicy Media Ltd content copyright of the respective owner: http://terangaweb.com/leconomie-de-la-banane-les-defis/